Samer

40 logements collectifs locatifs, Résidence du Parc



A l’échelle de la commune
Samer est une commune rurale du Pas-de Calais en pleine croissance mais connaissant dans le même temps un vieillissement de sa population. Elle tend à renouveler son urbanisme afin de l’adapter aux enjeux actuels.
Situé au sein de la Résidence du Parc, le site objet de ce concours ainsi que le programme s’inscrivent dans cette démarche d’adaptation, de diversité et de mixité.

Le site est situé à proximité du centre bourg et permet d’accéder de façon aisée aux différents équipements municipaux via des voies piétonnes plantées d’arbres.

Le projet développé ci-après a été élaboré selon 3 axes :

Construire une façade urbaine sur la route de Desvres dans la continuité des logements existants et en reconstituant un front de rue. Le bâti marquera l’entrée de ce nouveau quartier en création. La forme de la toiture et le retournement de la tuile sur la façade reprend les caractéristiques des maisons de la rue.

Aligner les nouveaux bâtiments sur la voie nouvelle qui va desservir l’opération. Cela pour constituer une façade urbaine le long du nouveau piétonnier qui sera bordé d’arbres et qui permet de relier la route de Desvres et la salle Lemanski

Composer un tissu résidentiel harmonieux, en continuité du tissu pavillonnaire avoisinant.

A l’échelle du quartier
Le projet s’inscrit de façon harmonieuse dans ce nouveau quartier. Il reprend la volumétrie des logements et le travail des toitures. Son échelle répond au futur bâtiment collectif qui sera situé de l’autre côté de la rue. Les abords des bâtiments seront largement plantés et végétalisés pour proposer aux futurs habitants ainsi qu’à leur voisinage un cadre de vie agréable et favorisant les bons rapports entre habitants.

Le principe d’implantation des bâtiments sur le terrain est de donner un maximum d’espaces verts aux logements, de bénéficier de la meilleure orientation, de recréer une façade urbaine le long de la voie nouvelle.

Le projet est décomposé en 2 entités pour éviter un long bâtiment trop imposant sur le site. Cela permet également de créer des percées visuelles entre les deux entités vers le paysage depuis la voie nouvelle. De créer des jardins plantés d’arbres de hautes tiges et d’accueillir éventuellement le parking de 20 places.

Choix volumétriques et intégration dans le quartier
Une morphologie ajustée
Tant du point de vue des matériaux que de la volumétrie, nous avons cherché à décliner un langage architectural visant à l’intégration des bâtiments collectifs dans leur environnement. La composition des bâtiments permet d’éviter l’effet monolithique par la décomposition du bâtiment horizontalement et verticalement.

Une diversité assumée
Les bâtiments présentent des longs pans de toitures. Les faîtages sont parallèles à la route de Desvres pour reprendre l’orientation de ceux des maisons voisines, et ils sont perpendiculaires à la voie nouvelle pour rappeler l’architecture des maisons situées dans ce nouveau quartier. L’ensemble est conçu comme une réinterprétation contemporaine de l’architecture de Samer.

Cette diversité dans le traitement la volumétrie des toitures (variation des faîtages et des pentes) permet de créer une façade urbaine dynamique.

Une architecture respectueuse et contemporaine
Tant du point de vue des matériaux que de la volumétrie, nous avons cherché à décliner un langage architectural commun entre le futur projet et son environnement.

La composition des bâtiments repose sur les règles de composition de l'architecture traditionnelle : un socle surplombé d'un volume.
Les bâtiments sont habillés de 2 teintes contrastées, positionnées respectivement en partie basse et en partie haute pour introduire une dissonance et une vibration qui viennent enrichir l'écriture rationnelle et rigoureuse développée dans le socle.

Ces combinaisons de volumes et de couleurs, soigneusement ordonnancées, permettent de composer un front de rue animé et diversifié.

Des espaces à vivre
Les logements collectifs sont répartis en deux bâtiments de trois niveaux dont le dernier en combles. Les parties communes sont réduites au strict minimum ainsi que le nombre de logements desservis par palier. Cela permet également de proposer des typologies confortables. Une partie des appartements est traversante. Les chambres sont situées sur la façades arrière pour que le séjour puisse bénéficier d’un maximum de soleil.
L’ensemble des logements bénéficient d’une orientation bioclimatique favorable. Les orientations sud et ouest sont privilégiées. Tous les logements possèdent un espace extérieur privatif, soit sous forme de balcon pour les appartements en étage ou un jardinet pour ceux du rez-de-chaussée. Les pièces dites de « jour » s’ouvrent sur ces espaces extérieurs privatifs.

Conclusion
Le projet propose un bâtiment qui tire parti des contraintes programmatiques du PLU et contraintes normatives pour aboutir à une forme architecturale adaptée au contexte et aux besoins d’un mode de vie intergénérationnel.

Le choix de travailler un ensemble de deux bâtiments contigus permet d’éviter un côté massif et monolithique. Le vide prend une place éminente dans le projet : il apparait sous forme d’espaces piétonniers, offrant des perspectives et des espaces végétalisés ou minéralisé et donne au projet une image résidentielle.
Le bâtiment reprend les codes de l’architecture locale en l’interprétant de façon contemporaine. Sa forme spécifique confère à l’ensemble une échelle domestique en reprenant les caractéristiques des maisons individuelles présentent à Samer. Les jeux de toitures créent un front bâti animé et rythmé, plus agréable à voir et à parcourir pour les passants.

Nous souhaitons proposer un habitat correspondant aux usages actuels et aux exigences contemporaines basé sur des valeurs d’usage à travers une nouvelle façon de vivre la ville.
Le bâtiment intergénérationnel convient aux modes de vie des séniors et des jeunes ménages. Fonctionnalité, confort maximal, orientation valorisée, optimisation des surfaces habitables, qualité de l’environnement résidentiel et sécurisation de l’espace privé, stationnement résidentiel, adaptabilité et évolutivité des logements : autant d’éléments qui concourent au «mieux-vivre» et l’idée que l’on peut s’en faire. Tous les espaces intérieurs sont généreux, aux formes simples, facilement aménageables.


Surface / 2 548 m²
Coût / 2 900 000 €HT
Maitre d'ouvrage / Habitat du Littoral
Groupement conception-réalisation / Spie Batignolles, NVW Architectes, BECT
Avancement / Concours

using allyou.net